Itinéraire d’un enfant gâté

Asnières-sur-Seine ou le déni de démocratie

Il est difficile de vivre à Asnières-sur-Seine et ne pas connaître Monsieur le maire. Si pendant les années où j’ai vécu à Paris, il m’était bien difficile de nommer le maire de mon arrondissement.

Qu’à cela ne tienne, à Asnières-sur-Seine, j’ai rapidement appris que Manuel Aeschlimann était mon maire à l’écoute de mes besoins par l’intermédiaire d’une communication bien (trop ?) présente : invitation à la mairie des nouveaux habitants, panneaux d’information un peu partout dans la ville et surtout de nombreux courriers adressés en personne.

En cette période pré-électorale, j’ai reçu, comme chacun de mes concitoyens, plusieurs courriers de la mairie. Une belle enveloppe avec le blason d’Asnières-sur-Seine, un papier qui n’avait rien de recyclé pour un message qui ne méritait pas une telle débauche de moyens. Parfois je me demande où passent mes impôts locaux et autres taxes foncières, mais là, j’ai la forte impression qu’on se moque de moi.

Bref, cette débauche médiatique commence à m’exaspérer. Instinctivement, j’ai tendance à développer une certaine méfiance pour quelqu’un qui use à ce point des médias. Cependant, Asnières-sur-Seine semble se développer même si je n’ai aucun moyen de mesurer le retour sur investissement des actions menées. Alors que penser…

Si il est facile d’utiliser les médias pour construire son image, les médias et en particulier Internet permettent également de dénoncer les abus. C’est avec grand intérêt que j’ai pu lire l’article publié dans AgoraVox intitulé « Asnières : vidéos surprenantes d’une démocratie locale en faillite« . Internet permettra peut-être à d’autres Asniérois de prendre conscience que quelque chose cloche à la mairie.

Espérons que les urnes parleront les 9 et 16 mars prochains.