Niamey, 1 heure d’arrêt

Cette fois c’est la bonne, je suis autorisé à reprendre l’avion vers Paris !

Si j’ai pu faire un certain nombre des choses que j’aurais souhaité faire à mon premier passage, ma liste s’est allongée et je compte bien revenir pour remonter le fleuve et aller voir les hippopotames dans leur milieu naturel.

Avant de clore le chapitre Niger, je profite de ce dernier billet pour rapporter certains aspects qui m’ont fait sourire durant mon séjour :

  • Si on vous souhaite la bienvenue là où vous arrivez, on vous souhaite également la « Bonne arrivée ». Après tout, c’est plein de bon sens.
  • En France, la formule « Bonsoir » s’emploie dès 18h. À Niamey elle s’emploie dès 14h, alors, il faut s’y faire. Certains penseront que je suis bien fatigué quand je dirai « Bonsoir » dans l’après-midi à Paris !
  • Le français est une langue vivante, les africains s’activent pour la faire vivre. Si les québécois ont leurs mots bien à eux, j’en ai entendu certains à Niamey également. Certains comme la « promptitude » montrent que la tentation de contracter « prompt » avec « exactitude » est finalement assez courante !
  • Lorsqu’on a compris le sens de « il fait beau » pour un habitant de Niamey, on se dit qu’ils seraient heureux de vivre à Dunkerque ! En effet, au Niger, un beau temps est un temps agréable, et donc un temps nuageux !

Bref, aujourd’hui je repars, mais je ne serai pas étonné de revenir un jour !

1 commentaire

  1. La différence entre Niamey et Dunkerque c’est quand même peut-être la température… Donc de là à rendre un Nigérien heureux à Dunkerque 🙂

    Bon t’as l’air d’avoir aimé Niamey… C’est cool. J’en garde aussi plein de bons souvenirs.

Répondre à Andry Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *