Un nouveau record

Il m’avait semblé que depuis quelques mois les constructeurs d’APN (Appareil Photo Numérique) avaient pris le parti de la raison en arrêtant la course aux pixels pour les compacts destinés au grand public. Le jeu de la surenchère s’était semble-t’il arrêté à 12 mégapixels.
C’était sans compter sur Sony, principal fabriquant de capteurs CCD, qui vient de lancer son Cyber-shot W-300, un APN doté de 13,6 Mégapixels. Voilà un argument massue pour attirer le consommateur qui ne saura résister à la tentation de choisir l’APN doté du plus de pixel. C’est forcément mieux, n’est-ce pas ?

Sony Cyber-Shot W-300

Sony Cyber-Shot W-300

Beaucoup avant moi ont martelé que tant de pixels étaient inutiles. Si les constructeurs reprennent la compétition, c’est bien que l’acheteur final reste attaché à cette seule information pour faire son achat. Alors revoici les arguments pour stopper là cette stupide compétition :

  • La résolution native est de 4224 x 3168 pixels, ce qui permet à l’impression d’avoir à 300 dpi : 35,5 cm x 26,5 cm (par très loin du A3) ou 60 cm x 44 cm (pas très loin du A2) à 180 dpi. La question est de savoir combien de utilisateurs de cet appareil imprimeront leurs images à ces tailles, la question subsidiaire est de savoir ce que valent les images imprimées à ces tailles.
  • L’augmentation de la résolution se traduit normalement par une augmentation dans la même proportion du poids des fichiers tous paramètres JPEG égaux par ailleurs. Ce n’est pas tout à fait exact dans la réalité : les objectifs de ces appareils étant très moyens, plus la résolution augmente, moins on enregistre de détail au niveau des pixels (en gros le contraste local est de plus en plus faible), donc plus JPEG permet de compresser.
  • À technologie équivalente de conception de CCD et de traitement du signal, l’augmentation du nombre de pixel se traduit par la réduction de la surface de ceux-ci. Cela se traduit nécessairement par une augmentation du niveau de bruit et une baisse de la dynamique du capteur. Il faudrait que je fasse des tests plus poussés pour savoir si l’augmentation du bruit est réellement perceptible à l’impression (en effet, comme il y a plus de pixels, le bruit sera plus dilué sur une surface équivalente), cependant, la baisse de la dynamique sera nécessairement perceptible.
  • Les optiques ne sont pas à la hauteur des exigences des capteurs : en effet il est nécessaire que le pouvoir séparateur de l’optique soit au moins du même ordre que la taille des photosites du capteur. Il est très probable que le pouvoir séparateur des optiques des compacts soit déjà inférieure aux capteurs 12 mégapixels, alors toute augmentation du nombre de pixel n’apporte aucune amélioration sur le niveau de détail enregistré. Économiquement parlant, améliorer la qualité d’une optique est une opération plus onéreuse (utilisation de verres à faible dispersion, amélioration des tolérances dans la chaîne de fabrication) que le remplacement du capteur par une nouvelle version ayant plus de pixels et d’un coût comparable à la précédente génération.

La situation ressemble actuellement à la course au Mégahertz qui a eu lieu entre AMD et Intel et qui s’est finalement soldée par un arrêt de cette course et surtout par des améliorations des performances sur d’autres aspects des processeurs. Même si le consommateur Lambda préférait encore un processeur Intel avec plein de Mégahertz, les plus expérimentés boudaient les Pentium 4 pour aller vers des Athlon 64 bien plus efficaces.

Si un constructeur fait le pari d’un appareil réellement utilisable en intérieur (Fuji ?), et que les images délivrées par cet appareil son objectivement bien meilleures, alors les consommateurs se détourneront peut être des mégapixels.

Ma lettre au Père Noël

Il me manque actuellement un compact qui m’accompagne dans mes déplacements. Je ne sors mon réflex que pour aller faire de la photo, mais il y a de nombreuses situations où j’aimerai prendre quelques images mais je n’ai aucun appareil décent en poche.

Canon, Ricoh et Sigma semblent faire des efforts pour séduire le photographe « expert ». Afin de simplifier le travail des directions marketing de ces constructeurs, voici la liste des fonctionnalités que j’aimerai trouver :

  • Une résolution de 6 à 8 mégapixels. Au delà, je n’en ai pas usage et surtout, il y aura un impact inutile sur la qualité d’image.
    Et dire que Canon a commencé la fabrication d’une nouvelle usine pour produire des capteurs CMOS pour des appareils compacts…
  • Enregistrement en format JPEG et également RAW.
  • Une focale commençant à 24 ou 28mm et allant jusqu’à 100 ou 135mm. Une ouverture constante de 2.8 est souhaitable (je regrette mon Canon G5 avec son 35-135/2.0-2.8).
  • Un mécanisme de stabilisation optique ou du capteur.
  • Toutes les options du mode manuel disponibles.

Le Canon G9 n’est pas loin de me satisfaire, mais un peu moins de pixels et un peu plus grand angle seraient bienvenus.