Microsoft, par l’intermédiaire de son département Microsoft Profesional Photography vient de mettre à notre disposition un nouvel outil pour gérer les métadonnées et géolocaliser ses images : Pro Photo Tools.

Cet outil permet de visualiser les métadonnées, les éditer et également de les positionner les images sur une carte pour déterminer les coordonnées géographiques de la prise de vue. Il permet également de synchroniser les images avec un fichier de trace NMEA. Cet outil supporte les fichiers JPEG mais ne semble pas prendre en compte les fichiers RAW et leur fichiers XMP annexes.

Grosso modo, cet outil se présente comme une concurent de GeoSetter, mais en bien moins puissant.

Un tel outil peut présenter certains avantages sur GeoSetter. En effet, le premier se base naturellement sur le service de cartographie Microsoft Virtual Earth alors que le second se base sur Google Maps. Ainsi, lorsque les données présentées par Google ne sont suffisantes pour réaliser le positionnement des images, en particulier lorsque les images satellite de Google ne sont pas suffisamment précises, il reste un espoir que Microsoft en propose de meilleures sur son service.

Pour en savoir plus sur cet outil et le télécharger, rendez-vous sur son site dédié.

Pourquoi utiliser un récepteur GPS ?

Je vous ai parlé il y a quelques jours du logiciel Geosetter qui permet d’intégrer facilement des coordonnées GPS à ses images.

Je reviens aujourd’hui pour parler du compagnon du photographe qui permet de simplifier le processus de marquage des images avec les coordonnées GPS. La solution est assez simple : il suffit d’embarquer avec soi un GPS capable d’enregistrer les déplacements et de les restituer sur l’ordinateur sous forme d’un fichier exploitable.

Il existe deux grandes familles de GPS utilisables à ce besoin :

  • Les GPS dédiés à la photo tels que : Sony GPS-CS1 (discontinué), Jobo PhotoGPS ou ATP PhotoFinder.
  • Les GPS de randonnée de Garmin & Magellan et également des autres acteurs de ce marché.

Tous contiennent un récepteur GPS capable d’enregistrer les déplacements. Les seconds sont dotés d’un écran et sont capable de donner des informations à l’utilisateur ainsi que le guider sur sa route. Les premiers n’offrent pas ce genre de service. Ce sont vos compagnons nécessaires pour être capable de géolocaliser vos images.Lire la suite de

La photographie numérique présente un avantage sur sa consœur argentique par le fait que de nombreux paramètres de prise de vue sont enregistrés avec l’image :

  • La date et l’heure de la prise de vue.
  • Les paramètres d’exposition : ISO, vitesse, ouverture…
  • Les paramètres liés au matériel utilisé : boîtier, objectif…

Toutes ces informations sont stockées dans les données EXIF de l’image.

Il est par ailleurs possible de stocker d’autres informations a posteriori dans les données EXIF/IPTC/XMP telles que le sujet de l’image, des mots clefs, le lieu, etc. Parmi ces données il est possible d’indiquer les coordonnées GPS de point de prise de vue afin de pouvoir parcourir un ensemble de photos par rapport à leur position sur une carte. Suivant la nature des photographies réalisées, il est parfois intéressant d’avoir ces informations.

Sachant que les composants électroniques pour réaliser un module GPS sont de moins en moins chers, il est fort probable qu’un jour viendra où les appareils réflexes numériques abriteront un récepteur GPS à proximité de la prise flash et que les données de géolocalisation seront insérées automatiquement dans les images.

En attendant, il est possible d’indiquer les coordonnées les GPS de chaque image de deux façons :

  • en les positionnant sur une carte et en laissant un logiciel spécialisé s’occuper de tout,
  • en étant accompagné d’un petit GPS de randonnée, d’enregistrer ses déplacements et de synchroniser a posteriori ses images avec cette trace pour en trouver les points de vue.

Il existe actuellement un logiciel gratuit, traduit en français qui permet de tout faire : GeoSetter. Jetez-y un coup d’œil, vous risquez d’être séduits.

GeoSetter

GeoSetter