Bushnell BackTrack D-Tour

Bushnell BackTrack D-Tour

Je n’ai pas particulièrement suivi les nouveautés depuis 2 ans concernant les data loggers GPS, mais c’était avec intérêt que j’avais découvert le communiqué de presse de ce modèle. A le voir en photo, il m’avait semblé que ce produit pouvait être la bonne synthèse au besoin, ou tout au moins, mon besoin.

Avertissement

Je n’ai pas disposé à aucun moment d’un exemplaire de cet appareil. Mon analyse est donc basée sur la lecture des spécifications et du mode d’emploi de l’appareil. J’ai également parcouru certain forums pour trouver réponses à mes questions. Il est donc possible que des inexactitudes soient ici présentes, je m’en excuse par avance.Lire la suite de

Boîtier Réflex Sony SLT A55

Sony SLT A55

Sony semble bien décidé à prendre un part plus importante du marché des réflex numériques. Cependant attaquer de front Canaon et Nikon n’est pas nécessairement une stratégie gagnante. Comme bien souvent, il est préférable de tenter une « rupture », technique ou pas, afin de changer la perception du marché et redistribuer les cartes.

Miroir semi-réfléchissant

Sony aujourd’hui tente un coup de la sorte. Comment ? En modifiant radicalement la structure des reflex. Même si de nombreuses évolutions ont été apportées ces dernières années, la plus importante étant l’intégration d’un capteur numérique en lieu et place du film argentique, les autres sont de bien moindre importance, exception faite peut-être des solutions de stabilisation du capteur (je considère la vidéo comme une nouvelle fonction à moindre coût qui n’a pas impacté la structure même de ces appareils). Sony va aujourd’hui plus loin : le miroir est supprimé et remplacé par un miroir semi-transparent fixe et la visée se fait au travers d’un CCD. L’incorporation d’un miroir semi-transparent dans un réflex n’est cependant pas une première, Canon l’avait déjà fait pour l’EOS RT puis pour l’EOS 1n RS alors équipés en argentique.

Voyons rapidement les avantages et inconvénients de cette nouvelle approche.Lire la suite de

PhotoTrackr

PhotoTrackr

Je viens de recevoir un message indiquant la préparation d’une nouvelle version du PhotoTrackr de la société Gisteq.

J’utilise toujours régulièrement le PhotoTrackr Lite DPL700, mais je suis curieux de savoir si Gisteq en fera un produit qui répond un peu mieux à mes attentes en particulier au niveau de sa robustesse sur le terrain. Ce dernier semble plus compact et devrait trouver sa place dans une poche, ce qui permettra de le protéger un peu mieux des intempéries, en espérant que le contact avec d’autres choses ne viennent pas appuyer sur son gros bouton et enregistrer des points d’intérêt inutiles voire même l’éteindre…

Réponse dans quelques semaines !

PhotoTrackr Lite DPL700

PhotoTrackr Lite DPL700

Comme indiqué il y a quelques mois, j’ai fait l’acquisition d’un PhotoTrackr Lite DPL700 pour m’accompagner dans mes déplacements et rapporter les traces utilisables pour géolocaliser mes images.

Ce petit équipement, que j’ai commandé au USA car non disponible en France, m’a accompagné :

  • Sur une course d’endurance équestre.
  • Sur quelques sorties individuelles pour une après-midi.
  • Pour 2 semaines de trek en Jordanie.
  • Pour 10 jours passés sur les pistes d’Ouganda.

Suite à ces quelques sorties, je pense pouvoir en faire maintenant un retour d’expérience plus complet que la simple relecture de la fiche technique.Lire la suite de

Du point de vue informatique, l’année commence avec le salon MacWorld qui dès les premiers jours de janvier apporte le premier lot de nouveautés.

Cette année n’a pas fait exception à la règle, même si 2010 ne sera plus ainsi en raison du départ annoncé d’Apple ce de salon. Certains, moi y compris, auraient aimé voir de nouvelles machines renforcer la gamme de bureau, ce ne fut pas le cas. Cependant, le photographe que je suis aura noté avec intérêt la sortie de iPhoto’09.

Je ne suis pas un utilisateur de ce logiciel, je ne pense pas le devenir, mais c’est la direction des développements qu’a choisi Apple qui m’intéresse ici, en particulier pour avoir une idée de ce que nous préparent Apple, Adobe et les autres pour les gammes plus orientées vers les experts (je pense ici à Aperture, Lightroom, DXO…)

Pour cette nouvelle mouture, Apple n’a pas mis l’accent sur les possibilités de traitement d’image du logiciel, mais surtout sur le traitement des métadonnées. Deux en particuliers : les noms des personnes présentes dans les images et la géolocalisation de ces dernières.

Faces

« Faces » est la partie la plus novatrice du logiciel. Elle est en rapport avec la gestion des visages (faces en anglais). iPhoto permet donc de :

  • Annoter les photos en positionnant les visages et en indiquant le nom de la personne.
  • Rechercher les images en rapport à une même personne.
  • Identifier, et c’est là la grande nouveauté, les autres photos contenant la même personne.

L’approche me plait et est plus pratique que la simple utilisation des mots clefs dans Lightroom car :

  • La position des visages est marquée sur l’image, ce qui permet facilement de savoir qui est qui sur une image contenant plusieurs personnes (cas d’une photo de classe par exemple)
  • iPhoto par rechercher dans la bibliothèque les autres photos sur lesquelles cette personne apparaît, simplifiant grandement la tâche du photographe dans son travail de tri et d’annotation.
iPhoto'09 - Faces

iPhoto'09 - Faces

Je profiterai prochainement d’un passage sur l’iMac de mes parents pour tester en conditions réelles cette nouvelle fonctionnalité, en particulier pour avoir une idée du taux de réussite de la fonction de reconnaissance des visages.

Places

« Places », endroits dans la langue de Shakespeare, est en fait la gestion de la géolocalisation des images. iPhoto permet de :

  • Déterminer le lieu de prise de vue de ses images en les positionnant sur la carte.
  • Afficher les lieux de prise de vue des images en se basant sur les positions déterminées manuellement ou présentes dans les données EXIF.
  • Rechercher les photos prises dans un certain rayon d’un point donné ou à partir des métadonnées (nom de pays, état, ville et point d’intérêt).
iPhoto'09 - Places

iPhoto'09 - Places

A priori il n’y a aucune fonction pour synchroniser les photos avec un fichier de trace GPX, ce qui serait apprécié par ceux qui emportent un traceur GPS avec eux. Mais ce sera peut être pour la prochaine évolution.

Conclusion

iPhoto n’est pas le logiciel adapté à mes besoins, mais il est à mes yeux une belle vitrine de comment implémenter de manière simple et efficace de nombreuses fonctionnalités pas encore très répendues. Personnellement, je serai très heureux de trouver des fonctions équivalentes dans un Lightroom 3…

Altek

Altek

Le fabricant Taïwanais Altek vient d’annoncer un APN équipé d’un GPS intégré. Cet appareil doté d’un capteur de 8 Mégapixels, est donc capable d’enregistrer précisément les coordonnées géographiques pour chaque image (prise en extérieur, il va de soi).

Il semblerait donc que l’intégration de récepteurs GPS au sein d’appareils photo soit à l’ordre du jour. Si Altek rencontre un certain succès, alors il y a fort à parier que les autres grands noms de la photo que sont Canon, Nikon, Panasonic, Sony, Pentax, Olympus et les autres lui emboîteront le pas.

Pourquoi utiliser un récepteur GPS ?

Je vous ai parlé il y a quelques jours du logiciel Geosetter qui permet d’intégrer facilement des coordonnées GPS à ses images.

Je reviens aujourd’hui pour parler du compagnon du photographe qui permet de simplifier le processus de marquage des images avec les coordonnées GPS. La solution est assez simple : il suffit d’embarquer avec soi un GPS capable d’enregistrer les déplacements et de les restituer sur l’ordinateur sous forme d’un fichier exploitable.

Il existe deux grandes familles de GPS utilisables à ce besoin :

  • Les GPS dédiés à la photo tels que : Sony GPS-CS1 (discontinué), Jobo PhotoGPS ou ATP PhotoFinder.
  • Les GPS de randonnée de Garmin & Magellan et également des autres acteurs de ce marché.

Tous contiennent un récepteur GPS capable d’enregistrer les déplacements. Les seconds sont dotés d’un écran et sont capable de donner des informations à l’utilisateur ainsi que le guider sur sa route. Les premiers n’offrent pas ce genre de service. Ce sont vos compagnons nécessaires pour être capable de géolocaliser vos images.Lire la suite de