Un PhotoTrackr à la ceinture

Ce n’est un secret pour personne, la solution que j’avais choisie initialement pour géolocaliser mes photos ne me satisfaisait pas. J’avais en effet acquis un GPS de randonnée en vue d’enregistrer mes déplacements et utiliser cette trace pour géolocaliser les images. Il y eu un détail que je n’avais pas prévu : ce GPS de randonnée ne proposait aucune option pour enregistrer des points de trace à intervalles réguliers, seuls les points significatifs de la trace étaient pris. Il en résultait des traces relativement correctes au niveau de l’affichage, mais dont les points étaient souvent très éloignés les uns des autres dans le temps, ce qui ne permettait pas de placer correctement les images à partir de leur horodatage de prise de vue. Autre détail qui me chiffonnait : ce dernier ne pouvait enregistrer que 2000 points de trace. C’est certes assez pour une journée de randonnée, ça ne l’est plus si vous partez pour plusieurs jours sans avoir accès à un PC pour sauvegarder les traces.

Je me suis donc mis à la recherche d’un remplaçant…

Mes critères de recherche

Je me suis donc mis à la recherche d’un autre enregistreur GPS. Les critères que je m’étais fixé étaient les suivants :

  • Capacité d’enregistrer au moins 100 000 points.
  • Capacité de prendre des points à au moins 5 secondes d’intervalle.
  • Bonne précision des relevés de positions.
  • Utilisation de piles.

Les petits plus espérés :

  • Interface Bluetooth au cas où les futurs réflex sachent utiliser un GPS sans fil de la sorte.
  • Écran pour avoir quelques indications.
  • Tropicalisation légère.
  • Fonctionnement en mode « sans driver » afin de récupérer les fichiers GPX directement sans rien installer sur l’ordinateur cible.

J’ai donc parcouru les sites de constructeurs à la recherche de la perle rare. J’ai compilé les caractéristiques d’une dizaine d’entre eux dans le tableau ci-joint. Les plus curieux pourront le consulter.

Naturellement, il n’y a aucun produit qui réponde parfaitement à mes attentes. Comme bien souvent, il a fallu trouver le meilleur compromis. J’ai arrêté mon choix sur le PhotoTrackr Lite DPL700 que j’ai acquis par l’intermédiaire du vendeur Semsons (achat simple, rapide et sans souci).

PhotoTrackr Lite DPL700

PhotoTrackr Lite DPL700

Première prise en main

Je n’ai pour le moment pu utiliser l’appareil que pour un seul reportage photo, une course au Pertre en Bretagne où j’ai été amené à me déplacer beaucoup dans la journée. Voici mes premières constatations :

  • La sensibilité de l’engin est bonne, les traces semblent correctes dans Google Maps même lorsque cet enregistreur était accroché à ma ceinture dans la voiture. Cependant, en ville, pas de miracle, si la trace à une forme générale correcte, il y a cependant un décalage de quelques dizaines de mètres du en particulier aux réverbérations sur les immeubles et aux satellites cachés par ces derniers.
  • L’autonomie n’est pas à la hauteur de ce qui est annoncé. J’ai l’habitude de me méfier de ces données, cependant, avec de bonnes piles rechargeables, et un enregistrement à 1 point toutes les 5 secondes, il est possible de tenir au moins 8 heures. L’appareil se contentant en fonctionnement d’une seule pile AA, il n’est pas très compliqué d’avoir quelques piles chargées à disposition en cas de voyage sur plusieurs jours.
  • L’appareil est léger et se fait rapidement oublier.
  • La construction est acceptable. Rien de fabuleux, mais aucun défaut majeur non plus. Attention cependant à la sangle fournie en standard, sa couture est très légère et finit par se découdre rapidement, ce qui peut amener à perdre son PhotoTrackr.
  • Le logiciel fourni est plutôt soigné et permet de visualiser ses traces et les synchroniser avec les images. Personnellement, je n’ai besoin que de la fonction d’export en GPX, car je finis le travail avec GeoSetter.

Avec une interface Bluetooth est un fonctionnement sans driver, l’objet aurait été presque parfait mais cette première journée est globalement très satisfaisante.

Reste à vérifier qu’il sera à la hauteur de la tâche que je compte lui confier : m’accompagner pendant 2 semaines sur les chemins de Jordanie. Je n’aurai ni PC, ni électricité, alors il devra se contenter des quelques piles rechargeables que j’emporterai avec moi.

Résultat définitif dans quelques semaines !

3 commentaires

  1. Je n’avais pas encore vu cet article lorsque j’ai écrit mon commentaire dans l’article http://www.starway.org/blogs/Photographie/2008/03/gps-de-randonnee-et-geolocalisation-des-images/

    Merci pour la tabelle comparative, très intéressante ! Comme dit dans mon précédent commentaire, j’ai reçu dernièrement un i-gotU GT-200, pas présent dans votre comparatif.
    Les différences principales avec le GT-100 sont :
    – connexion bluetooth
    – capacité de 32’000 points (16’000 pour le GT-100)

    En lisant votre comparatif, je me rends compte que 32’000 points, ce n’est pas grand chose par rapport à la concurrence ! Mais avec 37gr, cela reste le plus léger.

    Par rapport aux données constructeur (40 heures d’autonomie avec un intervalle de 15 secondes entre chaque points), j’ai fait une petite extrapolation.
    Si je partais 4 semaines à l’étranger, et que je l’enclenchais 10 heures par jour, quel intervalle devrais-je choisir pour :
    – rester en dessous de 32’000 points
    – ne pas avoir besoin de le recharger

    Je suis arrivé aux chiffres suivants :
    Intervalle : 105 secondes, soit toutes les 1min45sec
    Nombre de points : 9600 (bien en dessous de la capacité max)

    Du fait qu’à l’allumage, l’appareil consomme certainement un peu plus d’énergie qu’en cours de fonctionnement, il faudrait certainement augmenter l’intervalle pour vraiment tenir 4 semaines complètes.

  2. Salut !

    J’avais laissé un commentaire dans cet article (par rapport au i-gotU GT-200), et voulait voir si tu y avais répondu. Or, j’ai remarqué qu’il avait été supprimé … Quelle en est la raison ? Etait-il trop long ?
    On a déjà eu 2-3 contacts (par ailleurs très courtois) dans le cadre du plugin Lightroom pour Gallery, je suis donc étonné que mon commentaire ait été supprimé sans autre explication …

    Bonne fin de semaine !

  3. En fait, pour éviter le spam, je modère les commentaires… Alors, quand je suis moi même absent, les commentaires restent en attente de modération et n’apparaissent que plus tard !
    En réponse à votre question, je ne pense pas qu’il soit possible de passer 4 semaines sans recharger le tracker. En effet, si en baissant la fréquence d’enregistrement des points, on gagne effectivement en autonomie, il ne faut pas oublier que le tracker a besoin de faire un suivi GPS même lorsqu’il n’enregistre pas de point, donc, l’autonomie ne double pas si on divise par deux la fréquence d’enregistrement.
    C’est en fait ce point en question qui m’a fait préférer un tracker qui accepte les piles AA rechargeables. Je reviens de Jordanie où pendant plusieurs jours (13) je n’avais pas accès à la moindre prise électrique, les piles rechargeables m’ont permis de tout suivre, à raison d’un point toutes les 5 secondes et en utilisant une pile par jour.
    Dans votre cas, je pense qu’il faudrait chercher une alimentation USB qui prenne des piles AA, ça devrait vous permettre de recharger la batterie de votre tracker de temps à autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *